Archives de mot-clé : sport

Le kin-ball, un jeu de ballon original qui a tout pour plaire

le kin-ball
Source : Mobilesport

Partons à la découverte du kin-ball, une activité physique et sportive moderne développée au Canada dans les années 80. Ce sport ludique et accessible à tous est devenu en 30 ans un phénomène mondial. Des compétitions internationales sont d’ailleurs organisées régulièrement afin de confronter les meilleurs. 19 pays situés sur l’ensemble des continents contribuent ainsi au développement de ce sport.

Un projet innovant initié par un professeur d’éducation physique

Afin de développer une activité ludique pour les enfants dans le cadre de la pratique du sport à l’école, Mario Demers, un professeur d’éducation physique et sportive a créé le kin-ball. L’idée a pu être concrétisée en 1987 grâce à un partenariat avec la société Omnikin, spécialisée dans la conception de jeux et d’articles dédiés aux sportifs. Mais il aura fallu attendre 1992 afin que la première fédération de kin-ball puisse voir le jour au Québec et permette de lancer l’activité à l’échelle de la planète.

Des règles simples et accessibles à tous

Le kin-ball est un sport nécessitant la présence de trois équipes de quatre joueurs. La taille officielle du terrain est de 21 m². Les parties se composent de sept périodes d’une durée de sept minutes chacune. Entre chaque période, une pause de deux minutes est prévue afin de laisser suffisamment de temps aux supporters pour faire tourner la roue en jouant à la roulette en ligne. Ce qui fait la particularité de cette activité, c’est la possibilité d’utiliser l’ensemble de son corps pour toucher ou attraper le ballon dont le diamètre est de 1,22 m.

Le déroulement d’une partie

Trois équipes sont présentes sur le terrain et la première qui lance la balle doit choisir une autre équipe en utilisant le mot « Omnikin », en référence à l’entreprise ayant produit le jeu, suivi du nom de la couleur de l’équipe. L’expression « Omnikin gris » désignera donc l’équipe grise. L’équipe désignée devra alors récupérer le ballon sans que celui-ci touche le sol. Pour cela, il est possible d’utiliser l’intégralité du corps : les jambes, la tête, les mains, le ventre et le dos sont donc autorisés.

Deux manières de marquer des points

Si le ballon touche le sol, les deux équipes adverses remportent alors un point. D’autres moyens de gagner des points existent. En effet, pour pouvoir engager, l’ensemble des membres de l’équipe doivent toucher le ballon. Si le ballon est lancé à une distance inférieure à 1,83 m ou si la trajectoire du ballon n’est pas conforme à celles précisées dans le règlement officiel de kin-ball, un point est donné aux équipes adverses.

Les compétitions de kin-ball

C’est au Québec en 2001 que la première compétition internationale de kin-ball a eu lieu. Seulement trois pays étaient représentés : la Belgique, le Japon et évidemment le Canada. Depuis cette période, l’évènement a pris de plus en plus d’ampleur jusqu’à accueillir, en 2015 en Espagne, pas moins de 11 nations.

Les indétrônables Canadiens

Que ce soit du côté des hommes ou des femmes, ce sont les Canadiens qui sont restés les tenants du titre. Le Japon a toujours suivi de près les Canadiens. En ce qui concerne la troisième place, celle-ci était occupée par la France et la Belgique. Néanmoins, les Français ont tout de même fait la différence en 2009 en passant devant le Japon pour la toute première fois.

Une première marche difficile à tenir

C’est en 2015 que les événements ont pris une tournure différente. En effet, la République tchèque a écarté l’équipe masculine du Canada en demi-finale pour laisser la première marche du podium au Japon. Les Français se sont une nouvelle fois classés en seconde position. En ce qui concerne les féminines, les Canadiennes ont toujours occupé la première place jusqu’à cette année.

Les derniers championnats d’Europe et du monde

Les derniers championnat d’Europe et du monde de kin-ball se sont déroulé en Slovaquie entre le 22 et le 25 août 2018. Pour les championnats d’Europe, chez les hommes, ce sont les Français qui ont été sacrés vainqueurs. Ils ont été suivis au classement par la République tchèque et la Belgique. Pour les femmes, les équipes finalistes sont les mêmes, mais cette fois c’est la Belgique qui siège en haut du podium suivi par les Français en seconde position. En ce qui concerne les championnats du monde, du côté des hommes, ce sont les Japonais via l’équipe Akatsuki qui siègent en tête de liste tandis que chez les femmes, ce sont les Tchèques qui finissent vainqueurs. Le Canada, quant à lui, se situe dixième au classement chez les hommes.